aller à la navigation

Industries extractives :Baisse de la production pétrolière au Cameroun août 2 2013

Infos : , rétrolien

La présentation du rapport de conciliation Itie (Initiative de Transparence dans les Industries Extractives) 2011 a eu lieu à Yaoundé mercredi dernier.

Ce que l’on peut retenir de la cérémonie  de présentation du rapport de conciliation Itie 2011, c’est une tendance à la baisse de la production pétrolière au Cameroun. Le rapport présenté par le cabinet Moore Stephens, couvre la période allant du 1er janvier 2011 au31 décembre de la même année. L’initiative Itie permet d’aider les gouvernements et les différentes parties prenantes, à déterminer l’apport au développement économique de leur pays, du secteur des hydrocarbures et des mines solides. Elle permet aussi d’améliorer la transparence et la gouvernance dans le domaine des industries extractives.

 Le contraste des chiffres

 

Bien que la production pétrolière du Cameroun soit passée de 26,8 millions de barils en 2009 à  21,4 millions en 2011, Soit une baisse de plus de 5,4 millions de barils. Les recettes du secteur extractif restent élevées.  Elles sont de l’ordre de 677 milliards de Francs CFA en 2011, contre 555 milliards en 2010. L’augmentation de la recette est due au fait de la hausse des prix sur le marché mondial. Si le secteur minier représente 0,1% de ces recettes, le transport du pétrole contribue à l’ordre de 2,4% et les hydrocarbures à 97,5%.

Pour ce qui est de la contribution par entreprise, la Société nationale des hydrocarbures (Snh) tient le haut du pavé avec plus de 550 milliards FCFA (soit 81%), suivi de Pecten (7%) et Total (5%).

La découverte de nouveaux gisements pétrolifères, permet toutefois d’espérer une inversion de la tendance lors des prochaines années, a expliqué le cabinet Moore Stephens.

L’écart non concilié entre les flux financiers perçus directement par l’Etat est de 50 millions FCFA. Ce qui représente 0,7% du total des paiements en numéraire. Pour  Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances,  tutelle financière et président du comité Camerounais Itie, « L’écart se trouve en dessous de la marge d’erreur acceptable qui est de 1% exigé par le Comité Itie ».

Armand Ougock

 

 






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 71 articles | blog Gratuit | Abus?