aller à la navigation

Cameroun, Performances économiques L’exemple de l’administration douanière mai 28 2013

Infos : , ajouter un commentaire

 Le vaste programme de modernisation des douanes Camerounaises, mis sur pied par Madame Libom Li Likeng, a abouti à l’amélioration des recettes douanières. Cette hausse répond aux attentes de la hiérarchie pour la réalisation des grands chantiers.

Depuis quelques  années, le bilan économique des douanes Camerounaises est positif. De quoi surprendre de la part d’une administration qui est restée marquée par la corruption. A l’arrivée de Madame Minette Libom Li Likeng, au poste Directeur Général des Douanes de nombreux observateurs ne lui donnaient pas long feu. Personne ne lui reconnaissait un talent de manager. Elle le confirmera d’ailleurs, « Je n’ai pas été dans une école de management. Comme on gère son foyer, c’est ainsi qu’on gère son administration. Il faut rechercher la performance, éviter les catastrophes, faire avec ce qu’on a et surtout, prier » dira t’elle plus tard au cours d’une conférence devant un parterre de personnes à l’ISMP (Institut Supérieur de Management Public). Pour parvenir à remplir efficacement sa mission fiscale, économique, de surveillance du territoire et d’assistance aux autres administrations, Libom Li Likeng a fait doter les douanes Camerounaises d’outils dont la performance est prouvée.

Repères

  Pour le compte du dernier trimestre de l’année 2012, sur les prévisions de 151,7 Milliards, la Douane a recouvré 153,9 Milliards francs Cfa. Un taux global de réalisation de10%, contre 146,8 milliards pour la même période en 2011 soit une hausse de 5% par rapport à l’année 2011. Cette prouesse économique est due en partie à la mise sur pied de l’outil informatique avec Sydonia, le Global positionning System (GPS) qui a permis de réduire les longues procédures, la fraude, les tracasseries et une certaine forme d’insécurité.  Au plan de la Gouvernance et de l’éthique, la volonté de Madame Libom Li Likeng,  s’est manifestée par la création d’un comité de promotion de l’éthique et de la gouvernance et la mise sur pied d’un forum Douanes/Entreprises en 2009.  A cela, il faut ajouter  mise dur pied des  contrats de performance institués en 2008 qui se sont déroulés dans un premier temps avec les inspecteurs de douane puis, avec les opérateurs économiques. A ce jour, ils ont déjà permis de réduire le temps entre l’enregistrement du dossier et son traitement par l’inspecteur de 11 à 3 heures. Et aussi, l’amélioration des recettes douanières de 22%.

 En outre, Le système NEXUS+ (Dispositif douanier Camerounais de Suivi des marchandises en transit par géo-localisation) est efficace dans la lutte contre la vie chère, car il aide le contrôle des stocks et des mouvements des produits défiscalisés qui avaient tendance à s’évader vers les marchés des pays voisins, au détriment de la satisfaction des consommateurs nationaux pour lesquels les bénéfices fiscaux étaient originellement consentis.

Le 04 mars2013, La DGD recevait le premier prix femme d’intégrité décerné par Fem anticor, un réseau de femme créé en 2011. L’association a justifié ce choix. Pour la présidente de Fem anticor,  Minette Libom Li Likeng est restée un modèle de probité pour les femmes camerounaises tout au pendant l’année 2012.

«Sa bonne gouvernance à la tête de la DGD et son comportement civique laïque et engagé au sein de l’Eglise presbytérienne du Cameroun sont autant d’arguments qui ont milité en faveur de son élection.» Elle a de ce fait reçu un diplôme, une tenue, une étole et un chapeau de lutte contre la corruption des mains de Charles Nguini, le président de Transparency international bureau Cameroun, choisi par le réseau pour sa posture d’«homme indomptable de la lutte anticorruption et de la gouvernance ».

Armand Ougock

 

 

 

Élection à la Fécafoot Eto’o divise t’il les anciens lions ? mai 28 2013

Infos : , ajouter un commentaire

 

Les tergiversations d’Adoum Garoua, Ministre en charge des sports et de l’éducation physique et les divisions qui opposent les anciennes gloires au sujet du football camerounais, étalent au grand jour les manipulations dans l’ombre de  Samuel Eto’o Fils.

 

Le jeudi 04 Avril, par fax, la fédération internationale de football association, (Fifa) s’adressait aux autorités camerounaises «Nous avons été informés du courrier du ministre des Sports et de l’éducation physique au sujet des élections au sein de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) daté du 26 mars et dont le contenu a  retenu toute notre attention. Nous avons ainsi pris note de la demande ministérielle de surseoir à l’exécution du calendrier électoral de la Fécafoot) à la suite de plaintes de certains acteurs du football camerounais ainsi que de l’inquiétude suscitée par les supposés incidents dans deux ligues membres de la Fécafoot», écrit Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa. Pour l’instance faîtière du football, cette attitude ne manque pas d’inquiéter, car il s’agit d’une « ingérence dans les affaires internes de la Fécafoot qui doit être seule à prendre de telles décisions conformément à ses statuts. Les articles 13 et 17 de statuts de la Fifa exigent des associations membres qu’elles gèrent leurs affaires de façon indépendante et sans l’ingérence d’aucun tiers, à défaut de quoi elles sont susceptibles d’être sanctionnées».

En réaction à cette sortie musclée de l’institution dirigée par Sepp Blatter, les anciennes gloires du football camerounais notamment Joseph Antoine Bell, Roger Milla, Emmanuel Mvé, président du Comité citoyen pour le redressement du football camerounais (Cocirefca),  et Joseph Mayebi, président du  syndicat national des footballeurs camerounais (Synafoc) affichaient leur sérénité pour eux, « Cette lettre ne doit pas ébranler le Cameroun , force reviendra au droit , la Fécafoot a besoin de sang neuf  il faut qu’il y ait nettoyage à la Fécafoot , nous allons répondre à la Fifa » affirmaient t’ils sur devant les médias. En réponse, à la bergère, Michel Kaham, Emmanuel Maboang Kessak, Stephen Tataw, Timothé Mackongo, Michel Wamba et d’autres anciens Lions Indomptables ont donné un point de presse le jeudi 11 Avril à Yaoundé au cours duquel ils ont affirmé que Roger Milla, Joseph Antoine Bell, David Mayebi, Emmanuel Mvé, Louis-Marie Ondoua et Eugène Ekéké « ne doivent pas parler au  nom de tous les footballeurs ». Ils fustigent le comportement égocentrique de leurs anciens coéquipiers qui sont dans la gestion du football depuis des lustres et n’ont jamais rien fait pour les footballeurs.

Tergiversations

Le 09 avril dernier, le Ministre des Sports et de l’Education physique, Adoum Garoua adressait au président de la fédération camerounaise de Football (Fécafoot), une correspondance permettant la poursuite du processus électoral. Pour certains analystes il cédait ainsi à la pression de la fédération internationale de football association (FIFA) qui avait menacé  de suspendre le pays de Roger Milla pour « ingérence » des autorités politiques dans le domaine du football. Quelques jours plus tard, le 12 avril, Adoum Garoua revient sur sa position initiale  relative à l’annulation du processus. De manière plus subtile, il en appelle non plus à l’arrêt du processus mais à l’annulation des élections illégales tenues dans certaines ligues décentralisées. «Je saisis cette occasion pour préciser que les assemblées tenues en marge de la législation nationale et organisées dans la clandestinité devront être systématiquement réorganisées par les instances compétentes de votre fédération conformément à la réglementation en vigueur». Écrit-il. S’il est vrai qu’Adoum Garoua avait mis un bémol à sa décision du 9 avril, arguant que les élections se poursuivraient dans le «respect de la législation nationale et des principes sportifs internationaux», tout en exigeant que des comptes lui soient rendus , il apparaît assez clairement que le Minsep, qui avait trois jours avant, donné son accord de principe pour la poursuite des élections sans contrepartie, se rétracte à la stupéfaction quasi générale de l’opinion nationale et internationale.  «Au demeurant, je vous saurai gré de me faire parvenir les mesures prises par la Fécafoot avant le démarrage du processus électoral, pour l’exécution de la sentence rendue par la Chambre de conciliation d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun en date du 28 mars 2013 (extrait du plumitif d’audience) ordonnant à la Fécafoot d’harmoniser ses textes notamment sur les statuts en ce qui concerne les règles de quorum des organes décentralisés». Réaffirme-t-il dans sa correspondance de vendredi dernier. Imposant des dates cette fois-ci car, la date arrêtée par Iya Mohammed pour la reprise des échéances électorales est fixée au 25 Avril prochain.

Le manipulateur de l’ombre

Ce n’est un secret pour personne. Le sociétaire d’Anzhi Makhachkala  souhaite la démission de toute l’équipe dirigeante de la fécafoot. Pour cela, il financerait les anciennes gloires paumées de notre équipe nationale. Samuel Eto’o affirmait face à des jeunes médusés par la brutalité de ses propos, «Ils veulent m’assassiner. Je vis en équipe nationale avec des gendarmes, non par snobisme. Un gendarme dort devant ma porte. Je ne peux mettre les maillots de l’équipe; je prends les miens directement chez Puma. Même chose quand je vais au restaurant, je dois faire attention à mes plats, demandez  le à ceux qui nous côtoient durant les stages au Cameroun stages » rapportait le magazine satirique Je Wanda. Il a fait de la démission de l’équipe actuelle de la fécafoot son nouveau plan d’action. « La Fédération doit démissionner » poursuivait-il. Un ancien. Samuel Eto’o « roule pour les ennemis du Cameroun, il veut diriger la fécafoot. Pour cela, il peut brûler le Cameroun. N’est il pas l’ami d’un groupe de personnalités actuellement détenues pour détournement des fonds ? Sa mission, déstabiliser le Football pour  faire tomber le pouvoir » a déclaré un très haut cadre de la fécafoot joint au téléphone. Notre interlocuteur, la voix grave nous rappelle  la manière peu cavalière avec laquelle il a arraché le brassard à Rigobert Song l’emblématique capitaine des Lions indomptables ? Selon lui, Samuel Eto’o est « narcissique, intrigant, manipulateur et revanchard.  Il a décidé de faire tomber Iya  en donnant de l’argent par ci et là » poursuit il. , « Corrupteur hors pair, il pense que tout s’achète, je ne suis pas surpris qu’il manipule les anciennes gloires » conclut-il.

La preuve Samuel Eto’o a eu des démêlés avec Patrick Mboma qui, pour le recadrer avait usé de violence physique,  Rigobert Song à qui il a publiquement arraché le brassard, Mbami Modeste, Thomas Nkono qui a traité d’incompétent, Milla qu’il a affiché d’affamé, Djemba Djemba, Joseph désiré Job, cela ne fait il pas trop pour un individu, Alexandre Song, le journaliste Philippe Boney pour ne citer que ceux là. Cette affaire que l’on qualifie désormais de conflit Minsep-Fifa-Fécafoot (re) centre le débat sur les ambitions pouvoiristes et manipulatrices de Samuel Eto’o. Le capitaine intrigant et intimidant. Le footballeur milliardaire camerounais, comprendra t’il que les anciennes gloires n’ont pas besoin de son esprit diviseur. Le football camerounais a  existé avant lui et continuera d’exister après lui.

Armand Ougock

70 14 83 54

 



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 71 articles | blog Gratuit | Abus?