aller à la navigation

Elections sénatoriales : Le Mincom juge les conseillers municipaux légitimes et légaux pour élire les sénateurs mai 28 2013

Infos : , rétrolien

Le ministre camerounais de la communication Issa Tchiroma a indiqué lors de sa dernière sortie que les conseillers municipaux élus en 2007 sont “légitimes” et ont “pleine compétence” pour élire les sénateurs lors du scrutin du 14 avril prochain au Cameroun, face à la presse à Yaoundé.

Le ministre camerounais Issa Tchiroma qui répondait aux contestataires de la légitimité de ces élus, s’est appuyé sur deux remarques pour se justifier.

M. Tchiroma a fait savoir premièrement que toutes les élections qui se sont tenues de 1992 jusqu’en 2011, ont fait l’objet de contestation aussi bien du RDPC que de l’opposition, donc “l’élection de 2007 des conseillers municipaux ne saurait faire l’exception et personne ne saurait extirper de cette exception puisqu’elle n’existe pas”

Pour M. Tchiroma, le système électoral camerounais “pratiquement est consubstantiel aux contestations”

“En 2007, on a organisé les élections municipales, de ces élections tout le monde a pris part y compris aujourd’hui ceux qui sur la place publique contestent la légitimité de cette élection (…) Jusqu’à l’heure où je vous parle,  ces conseillers qui ont été élus en 2007 et quelque soit le qualificatif que les responsables des partis font,  ils n’ont jamais été remis en cause et la gestion de leur parti n’ont jamais été remise en cause, donc ceux là de manière induite reconnaissent et la légalité et la légitimité”, a–t-il ajouté

L’autre remarque faite par le ministre c’est  que “la politique est un métier où on ne fait pas de cadeaux. Si vous avez une avance, vous vous en servez et vous ne permettrez à personne de vous faire perdre cet avantage”

Pour le ministre “le chef de l’Etat qui disposait de l’avantage depuis 2007 ne pouvait que se servir de cet avantage qu’à ce moment précis”

Batailles

Le président camerounais Paul Biya a signé le 27 février un décret convoquant les premières élections sénatoriales de l’histoire de ce pays de l’Afrique centrale le 14 avril 2013, pour consacrer l’entrée en vigueur de cette seconde chambre du Parlement prévue par la Constitution du 18 janvier 1996.

Les 10.636 conseillers municipaux issus de 360 communes vont élire 70 sénateurs à raison de 7 par région, qui s’ajouteront aux 30 autres que le président de la République nommera, conformément à la Loi fondamentale. Depuis l’annonce des sénatoriales,  ça  se bouscule au sein de l’état major des principaux partis politiques. Grosses pointures  sont attendues pour cette élection l’on annonce la participation de John Fru Ndi, charismatique leader du Sdf.

Fulbert YAO

 






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 71 articles | blog Gratuit | Abus?