aller à la navigation

Cameroun,Péril sur le consommateur Mtn et Orange en flagrant délit mai 28 2013

Infos : , rétrolien

 

Les deux opérateurs de la téléphonie mobile au Cameroun sont accusés de publicité mensongère.

Dans un communiqué rendu public le 31 décembre 2012, Delor Magellan Kamgaing kamseu, président de la ligue des consommateurs du Cameroun (Lcc), accuse les deux mastodontes   d’arnaque et de publicité mensongère « La  LCC, a vérifié ces réclamations et a constaté que, s’il est vrai que la seconde coûte vraiment 1F, pour les appels dans le réseau Mtn, les communications vers les autres réseaux, valent 2 F la seconde au lieu de 1F, comme le clame la grosse pub ». Le président de la ligue annonce aussi une liste de mesures de riposte face à cette «l’arnaque ». Il envisage de saisir le Minpostel (ministère des postes et télécommunications) et l’art (l’agence de régulations des télécommunications.

Xaviera télé conseillère à Mtn n’en revient pas « Depuis quelques temps, les préoccupations des clients tournent autour des explications sur les tarifs, sur le tarif exact de seconde de Mtn vers orange », sachant qu’elle est doublement écoutée, par son supérieur hiérarchique qui note sa prestation et par le client, elle ne peut en dire plus. Se contentant d’un « je ne suis pas au courant.  Ils font des publicité sans nous informer ici au service clientèle ». Lâche-t-elle.

Les plaintes sont les même pour les abonnés orange. L’on se rappelle qu’en novembre 2010, Le journal Monde Professionnel avait saisi le Ministre de la Communication-tutelle du Conseil national de la publicité,  les associations de consommateurs, le Directeur général de (l’Art) l’Agence de régulation des télécommunications, pour dénoncer  une publicité mensongère pratiquée par Orange-Cameroun sur sa clé Internet mobile.

Dispositions légales

La loi 2006/018 du 29 décembre 2006 régissant la publicité au Cameroun et qui abroge les dispositions de La loi n 88/016 du 16 décembre 1988, qui était adopté dans un contexte de monolithisme, précise pourtant dans son article 23(1), que, « le contenu des messages publicitaires doit être conforme aux exigences de décence, de moralité et de véracité ».

 Et l’article 56  du même texte précise que « Est puni des peines prévues à l’article 240 du code pénal, celui qui fait diffuser sous sa responsabilité un message publicitaire comportant des allégations fausses ou de nature à induire les consommateurs en erreur ».

Le souci de mieux réguler ce secteur au Cameroun est plus qu’urgent.  Malgré les avancées juridiques, le domaine de la publicité semble se soustraire au contrôle de l’Etat. Il faut adapter le contenu  relatif à la gestion de la publicité aux évolutions que connaît un pays qui n’est pas insensible à la mondialisation et aux mutations en cours. Pour Wangue Ndjeng  Hugues  M., expert, camerounais en en télécommunications, « Les causes principales de cette situation sont  le faible taux de pénétration des télécommunications, voire, l’inexistence de nombreuses sociétés capables de créer  une concurrence saine et équilibrée. Cette situation va perdurer aussi longtemps que l’offre en téléphonie sera très basse, par rapport à d’autres pays d’Afrique, et du monde. Le taux de pénétration  dans notre pays est de  moins 10,5% alors qu’il est de l’ordre de 15,8% pour l’ensemble des pays en développement selon l’Iut. »

  Le marché Camerounais est resté pendant longtemps un duopole dominé par Mtn et Orange qui se partageaient tous les abonnés. Souhaitons qu’avec l’entrée en jeu du nouvel  opérateur Viettel qui va effectivement lancer ses activités en 2014, avec une couverture  prévue de 85%, du territoire national, et dont les investissements avoisineront 200 milliards FCFA, la réduction des coûts de  communications sera une réalité et non plus simplement de la publicité mensongère.

Armand Ougock






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 71 articles | blog Gratuit | Abus?