aller à la navigation

CEMAC: Le cas Antoine Ntsimi mai 4 2012

Infos : , rétrolien

 

La décision prise par le Chef de l’Etat Centrafricain de refouler  le Président de la Commission de la Cemac laisse entrevoir les couacs dans le fonctionnement de l’organe sous-régional.

 

« La Cemac fait du surplace depuis deux ans ». Assène François Bozizé sur les antennes de vox Africa le 15 février dernier. Il poursuit, « il faut qu’un sommet des Chefs d’Etat ait lieu pour prendre enfin des grandes décisions. La Cemac doit fonctionner comme les autres institutions Sous-Régionales d’Afrique. On tourne en rond. Je dois le dénoncer ». En résumé, les derniers sommets des leaders de la Sous-région Cemac qui regroupe six pays, (Cameroun, Centrafrique, Gabon, Guinée Équatoriale, Congo et Tchad) se sont tenus en 2010. Respectivement en janvier à Bangui et en juin à Brazzaville. Au menu de ses deux derniers sommets, plusieurs chantiers dont ceux sur le rapprochement des bourses de Libreville et de Douala, la mise sur pied de la compagnie Air Cemac et le passeport biométrique communautaire.

Fâcheux incident

« L’incident de Bangui », intervient quelques jours après la tenue de la journée Cemac 2012 le 16 mars dernier, sous le thème « la libre circulation dans l’espace Cemac ». Ironie du sort, le plus haut responsable de l’institution faîtière sous-régionale est « persona non grata » au siège de l’institution qu’il dirige 6 jours plus tard. Si l’on peut être satisfait du déroulement du programme des reformes institutionnelles au niveau sous-régionale, il existe des limites aux ambitions des politiques traversées par des égoïsmes nationaux.  Qui plus est, les incidents entre ressortissants de la Cemac, sont récurrents. Pourtant, nous sommes condamnés, à « vivre ensemble ». De façon didactique le Chef de l’Etat Camerounais, lors de la visite de son homologue Tchadien Idriss Deby Itno affirmait que « nous devons faire de notre Sous-région, un ensemble dynamique et prospère », et de continuer en précisant « nous devons tirer le meilleur parti de la complémentarité de nos économies et surmonter nos égoïsmes nationaux ». Le surplace observé sur la mise en place des outils de l’intégration ne saurait donc être attribué à un seul individu. Ce serait au contraire, le manque de volonté politique des leaders qu’il faudrait fustiger.

Victoire de la diplomatie.

Au lendemain de la violente expulsion d’Antoine NTSIMI, du sol centrafricain, François Bozizé est entré au contact avec Yaoundé pour « expliquer au président Paul Biya, les raisons de cette rixe diplomatique. Pierre Moukoko Mbonjo, Ministre des relations extérieures, dans un communiqué, signé le 22 mars 2012 dénonçait déjà cette expulsion de notre compatriote, qui méprisait les usages diplomatiques.

 A la grossièreté de cet acte, le gouvernement Camerounais a opposé la voie de la diplomatie en privilégiant le recours à l’arbitrage du congolais Denis Sassou N’guesso Président en exercice de la Cemac. Le 29 mars 2012, le Président Camerounais recevait en audience l’envoyé spécial de Sassou N’guesso. Au terme de la rencontre l’émissaire congolais, annonçait que « Antoine Ntsimi sera bientôt de retour à Bangui. Il y sera pour préparer la conférence des Chefs d’Etat qui se tiendra au mois de mai. C’était un malentendu ». Voilà qui met fin à ce qui aurait pu être un « précédent fâcheux ». Contre lequel, le Gabon, membre de la Cemac, avait déjà vivement réagi.  « Le Ministère des affaires Étrangères de la coopération internationale, de la francophonie chargé du Nepad et de l’intégration régionale tient à marquer son étonnement devant cette situation » avait lu en direct à la télévision nationale Gabonaise, le porte parole des affaires étrangères, jean Claude Franck Mendome. Pour le Dr Côme Damien Georges Awoumou chercheur à la fondation Paul Ango Ella, la diplomatie Camerounaise a fait preuve de responsabilité et de maturité : « heureusement que le Cameroun a l’habitude d’avoir une démarche responsable, sinon on se serait retrouvé dans une situation de blocage inopportune ». Et de conclure, « tôt ou tard l’intégration devra bien décoller ».       

 

 

                                                                                 

 

 






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 71 articles | blog Gratuit | Abus?