aller à la navigation

Politique: Biométrie : Elecam, comme un air de précipitation. février 28 2012

Infos : , rétrolien

Elections cameroon va d’annonce en annonce. Après la refonte des listes électorales, c’est désormais au tour de la biométrie.

Alors qu’à quelques exceptions près, la classe politique camerounaise, la société civile  et l’opinion internationale se félicitaient de l’annonce de la refonte des listes électorales, le président d’elections cameroon Samuel FONKAM  AZU’U vient d’annoncer la mise sur pied de la biométrie. «L’opération proprement dite ne prendra pas beaucoup de temps» a t-il indiqué face aux journalistes. Une surprise. Une avancée. Une évolution.

Pressions .

Comment en sommes nous arrivés là ? Sa majesté républicaine a-t-elle cédé aux pressions internationales ? Que cache la déferlante des réformes ? La décision de mettre sur pied la biométrie semble avoir été prise dans la précipitation. Une réponse  incontestable de Paul Biya à la communauté internationale qui lui exige des réformes. Au lendemain de sa réélection comme président de la république, dans sa lettre de reconnaissance aux allures de remontrances,  Sarkozy disait déjà à Biya, « votre pays connaitra de nouveau des élections en 2012, je ne doute pas que vous saurez, d’ici là, mettre en œuvre les réformes et les moyens nécessaires au bon fonctionnement d’Elecam et, par voie de conséquence, au renforcement de la démocratie au Cameroun ».

Boudé par Obama et snobé par Sarkozy lors de ses nombreux déplacements en Afrique, Biya n’avait d’autres choix que de céder aux pressions étrangères pour tenter de rentrer dans les bonnes grâces de ceux qui décident de la géopolitique mondiale. En réalité, avec l’avènement de la biométrie, Elecam n’invente rien. Ne crée rien de nouveau. L’organe chargé d’organiser les élections au Cameroun s’arrime aux exigences démocratiques liées à la transparence en matières d’élections. Il se conforme donc à la norme internationale. La biométrie crédibilise une élection et réduit le nombre de fraude. Un pas important vient d’être franchi par Elecam. L’organe en charge des élections  dirigé par Samuel Fonkam Azu’u doit saisir l’occasion qui s’offre à lui pour inscrire le Cameroun dans le cercle des nations démocratiques. Le temps de mise sur pied de la biométrie sera-t-il respecté au regard des délais impartis ? Les élections auront-elles lieu cette année ? Tout semble avoir été planifié par Paul Biya. Maître du jeun politique.

Problème

Selon une source proche du ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation, l’organe chargé de l’ensemble du processus électoral a besoin de plus de 12 milliards pour informatiser et sécuriser le fichier électoral dans notre pays. Les premières simulations ont démontré que la refonte des listes électorales sans biométrie coûterait un peu moins de 8 milliards F CFA. Tandis que celle alliant la biométrie reviendrait à environ 12 milliards. Or, dans le budget de l’Etat pour l’exercice 2012, Elecam ne bénéficie que d’une dotation de 11,5 milliards.  Pour y parvenir, un simple toilettage du fichier de la police ne suffirait pas. La tâche d’Elecam est loin d’être une sinécure. L’énergie électrique et la technologie informatique ne sont pas accessibles à tous les coins du triangle national. Il ne suffit donc pas de s’approprier le système d’établissement de la carte nationale d’identité de la police pour prétendre instaurer la biométrie en un laps de temps. Car dans  le contexte camerounais. De nombreux étrangers possèdent de faux actes de naissance.   Il faut prévoir plusieurs mois voire plusieurs années pour la réalisation de la biométrie. Comparaison n’est pas raison mais restons lucides. Au Gabon voisin, l’avènement de la biométrie a coûté 60 milliards Fcfa aux contribuables pour 745.000 inscrits sur près d’un million possible. En Côte d’Ivoire, l’opération a absorbé la bagatelle somme de 250 milliards Fcfa. Le gouvernement camerounais est il prêt à débourser une somme de 12 milliards en si peu de temps ? Difficile de répondre par l’affirmative mais selon toute vraisemblance,  nous tendons vers le report des élections municipales  et législatives.

Armand Ougock






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 71 articles | blog Gratuit | Abus?