aller à la navigation

SOS: Déjà 310 jours que l’ingenieur Camerounais TCHAMBA NGASSAM Melvin a disparu au Congo février 9 2012

Infos : , rétrolien

tchamba-1.jpg

Malgré la conférence de presse organisée par le collectif de soutien à l’ingénieur camerounais sis à Yaoundé à l’Hôtel FELYDAC sur la disparition mystérieuse de TCHAMBA NGASSAM Melvin  dans le district de Zanaga en République du Congo le 11 Avril 2011   le gouvernement du Cameroun garde un silence inexplicable. la famille quant à elle, éplorée, ne sait plus à quel saint se vouer.

Révélations:

Monsieur TCHAMBA NGASSAM Melvin, brillant Ingénieur des Eaux, Forets et Chasse, avait été embauché par la Société GEOSPATIAL TECHNOLOGY GROUP au Cameroun en date du 1er aout 2009 en qualité d’aménagiste. il y a  exercé jusqu’en septembre 2010.

Par ordre de mission n°7 fait à Pointe Noire le 1er octobre 2010″, il est détaché de la Gtg Cameroun pour la Gtg Congo Enceinte Taman Industries, qui participe aux travaux d’élaboration des plans d’aménagement des concessions forestières, attribuées aux sociétés Taman-Industries, Socofor et Asis Congo. Tout semblait pourtant bien se passer pour le jeune homme jusqu’au 09 avril 2011, date à laquelle par un coup de téléphone de Tiotsop Alain Bertin, gérant de la Gtg Congo, à son épouse Kamnang Komguep Irène Flore, restée au pays, apprend sa disparition. D’après l’informateur, Tchamba et certains de ses collègues ont été mis en mission le 06 avril 2011, pour Zanaga (ville congolaise). Comme signe précurseur de malheur, un jour plus tôt (08 avril), son épouse reçoit un appel téléphonique venant de Wankeu Nyamsi Achille lui donnant curieusement pour conseil de continuer à soutenir son homme, comme par le passé.

Pressentant un danger dans ces nouvelles venant du Congo voisin, le 11 avril 2011, Ngassa Tchamba François, père du disparu, accompagné de deux autres personnes, se rendent au Congo, pour aller de près, s’enquérir de la situation de leur fils. Une fois sur place, ils entreprennent des démarches auprès de la représentation diplomatique camerounaise et des autorités judiciaires de Zanaga, territoire qui a étrangement fait disparaître l’ingénieur camerounais.

Le Premier secrétaire de l’ambassade du Cameroun au Congo (Antoine Batha), dans ses premières initiatives, aurait adressé une correspondance au Procureur général de Pointe Noire. Hélas ! Toutes ces démarches vont s’avérer infructueuses. Dépassés par les événements, les trois hommes finissent par rentrer au pays, après un mois de souffrance au Congo, sans la moindre trace de Tchamba Ngassam Merlin.

De retour au Cameroun, sans désespérer, sous la diligence de maître Tchatchoua, répondant au contact 237 75 11 80 40, la famille dépose une plainte au Bureau central Interpol à Yaoundé. Une requête est également déposée au ministère des Relations extérieures, pour investigation, en date du 26 mai 2011. A ce jour aucune information ne donne signe de vie de ce camerounais qui est portant entré au Congo de manière légale.

Silence assourdissant

Le ministre de la communication du gouvernement camerounais habitué à ne parler que lorsqu’il est dos au mur garde un silence inexplicable pour la famille du disparu. un mutisme qui fait froid dans le dos. D’ailleurs à quoi aurait servi une sortie médiatique du gouvernement qui, chaque fois qu’il s’exprime par la voix de son porte parole affiche ses gaffes et son griotisme. Les voix s’élèvent du coté de la famille pour fustiger ce qui est considéré comme un abandon. les citoyens camerounais à l’étranger sont ils protégés par leur gouvernement? Nous sommes tentés de répondre par la négative. Disons le sans détour, nos compatriotes  se sentent en insécurité et non protégés par leurs gouvernements alors que  ces derniers travaillent pour le développement du Cameroun et la promotion de son image à l’extérieur.

Armand Ougock

Journaliste d’Investigations

Bloguer






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 71 articles | blog Gratuit | Abus?